Les armes spirituels 5: Le bouclier de la foi PDF  | Print |  E-mail
Sunday, 08 May 2011 21:44

Message du dimanche 1er Mai

Le bouclier de la foi

 

Ephésiens 6 : 16 « Prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ».

La foi est la quatrième arme spirituelle du soldat de Dieu. Paul la compare au bouclier du soldat romain. Le bouclier est une arme qui a à peu près 1,35 m de hauteur et 75 cm de largeur. Il permet de protéger l’essentiel du corps sur le champ de bataille. Paul invite chacun à porter le bouclier spirituel de la foi pour se protéger contre les traits enflammés de l’ennemi. Quels sont les traits enflammés de l’ennemi ? En Afrique, nous comprenons assez bien ce que sont les traits enflammés de l’ennemi. En effet, parmi les traits dont parle Paul, figurent ce que nous appelons en Afrique, les flèches mystiques. Ces flèches sont utilisées par les serviteurs de Satan sur terre pour tuer, détruire, envoûter, en somme, pour faire le mal.

Dans mes tournées, j’ai dénombré une centaine de types de flèches mystiques utilisées à différentes fins. Elles peuvent provoquer le sommeil ou la somnolence ; provoquer une perte de mémoire ; créer un fort désir de fornication ; provoquer la folie ; transformer quelqu’un en mendiant ; provoquer le cancer ou des ulcères terribles. Il arrive même que des enfants, élevés dans les milieux où l’on produit de telles armes y soient initiés, et les utilisent pour s’amuser. Au cours d’une séance d’évangélisation où je prêchais, des enfants qui étaient présents, lancèrent une flèche mystique sur mon interprète qui s’écroula. Nous priâmes pour lui et il fut délivré. Un missionnaire occidental qui ne croyait pas à l’existence des flèches mystiques, fut atteint lors d’une campagne d’évangélisation dans une localité du Burkina. Il tomba malade et fut ramené chez lui. Après tous les examens possibles, on ne découvrit rien ; mais il ne guérissait pas pour autant. Un missionnaire burkinabè qui était en déplacement dans son pays le rencontra et fut mis au courant de sa maladie et des circonstances dans lesquelles il l’avait contractée. Grâce au discernement dans la prière, il sut que la maladie du missionnaire occidental venait d’une flèche mystique. Le missionnaire burkinabè tint une séance de prière de délivrance et il fut guérit.

Lors d’une autre sortie d’évangélisation, le guitariste de mon groupe musical fut atteint d’une flèche mystique et s’écroula. Une autre fois, ce fut un de mes chantres qui reçut l’attaque. Tous furent délivrés par la prière. Je les avais prévenu tous les deux qu’ils devaient amener avec eux le bouclier de foi sur le terrain du combat : ce qu’ils négligèrent de faire.

La question ici n’est pas de savoir si tu as la foi. La question est : as-tu pris ta foi comme un bouclier ? Mais, en fait, qu’est-ce que la foi ? 2 Chroniques 16 : 9 nous en donne la signification profonde : « Car l'Éternel étend ses regards sur toute la terre, pour soutenir ceux dont le cœur est tout entier à lui… ».

 

La foi, c’est placer toute sa confiance en Dieu à 100%. L’Eternel regarde du haut des cieux pour voir qui a placé toute sa confiance en lui ? Quel est celui dont le cœur est tout entier à lui ? La foi, c’est croire que, même ce que nous ne voyons pas, est réel et existe ; c’est aussi croire que toutes les promesses de Dieu s’accompliront sans aucun doute. Hébreux 11 : 1 : « Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas ». La foi est une conviction intérieure que je ne peux montrer à quelqu’un. C’est ensuite une démonstration par les œuvres : « Mes frères, que sert-il à quelqu'un de dire qu'il a la foi, s'il n'a pas les œuvres ? » (Jacques 2 : 14). Sans les œuvres, notre foi est vaine. Sans la foi, on ne peut être agréable à Dieu.

L’exemple de foi le plus souvent cité est celui manifesté par Moïse devant la mer rouge lorsque les égyptiens étaient aux trousses du peuple de Dieu. En effet, dans Exode 14 : 13 Moïse dit au peuple qui était désespéré : « … Ne craignez rien, restez en place, et regardez la délivrance que l'Éternel va vous accorder en ce jour ; car les égyptiens que vous voyez aujourd'hui, vous ne les verrez plus jamais ».

Pendant que le peuple manifeste sa peur et regrette d’avoir quitté l’Egypte, Moïse démontre sa foi alors qu’aucun signe, aucun message divin ne l’y incitait. Dernière lui et le peuple arrivait l’armée d’Egypte et en face d’eux était la mer, infranchissable. Il montre toute sa confiance en Dieu, ayant la conviction intérieure ferme que Dieu ne pouvait les abandonner après les avoir fait sortir d’Egypte. Au regard de la foi de Moïse, Dieu intervient en lui disant de tendre sa verge sur la mer pour frayer un passage afin que le peuple traverse.

Dieu veut des gens qui lui font entièrement confiance, quelles que soit les circonstances. Dieu ne se préoccupe pas du contexte et des circonstances. Il n’est nullement impressionné. Seule sa volonté compte. Ce qu’il veut, il le fait. Pendant que les gens se préoccupent de leurs maladies inguérissables tels le cancer, le sida, et autres, Dieu a besoin de personnes qui lui fassent entièrement confiance afin d’opérer des miracles. Il ne nous abandonnera pas si nous mettons notre confiance en lui.

Dans Nombres 13, Moïse envoie douze espions pour explorer Canaan, le pays que Dieu leur a promis. De retour de leur mission, dix d’entre eux reconnaissent que Canaan est un pays où coulent le lait et le miel mais, selon eux, Canaan est inaccessible du fait de ses habitants géants, fils d’Anak. Face à ces habitants, les dix envoyés se voyaient à leurs propres yeux comme des sauterelles. Pour eux, il était impossible de conquérir un tel pays. Caleb, un des deux envoyés restants, réfuta cette thèse et dit au contraire, que Canaan était à leur portée. Mais, la première information avait déjà créé la désolation et le découragement au sein du peuple qui passa toute la nuit à pleurer et à se plaindre à Moïse qu’il accusait de l’avoir trompé. En réalité, les dix envoyés ont été atteints par le trait enflammé de l’incrédulité que Satan leur a lancé. Ils contaminèrent le reste du peuple par cette incrédulité et Dieu fut obligé de les exterminer pour que cesse la contamination du peuple.

 

Dans Luc 1 : 5, Zacharie et sa femme Elisabeth étaient des gens qui craignaient Dieu, mais ils n’avaient pas d’enfants et étaient avancés en âge. Un jour, Dieu envoya un ange annoncer à Zacharie que sa femme mettrait au monde un enfant, mais Zacharie ne crut pas à cette annonce malgré le fait que lui et sa femme adressaient des prières à Dieu pour avoir un enfant. Du fait de son incrédulité, il fut puni et devint muet. Cette punition dura jusqu’au moment on devait donner un nom à l’enfant lors de sa circoncision huit jours après sa naissance.

Ces deux exemples, à savoir l’exploration de Canaan et l’exaucement des prières de Zacharie et de sa femme montrent une chose : Dieu n’aime pas l’incrédulité et punit souvent leurs auteurs. En dehors de ces punitions, les incrédules sont confrontés à toutes sortes de problèmes parce qu’ils sont sous la manipulation du diable.

Prenez en tout temps, en tout lieu et en toute circonstance le bouclier de la foi afin d’arrêter tous les traits enflammés de l’ennemi. Celui-ci essayera toujours de vous faire douter de Dieu et de l’assurance qu’Il vous donne en vous lançant les traits de l’incrédulité, de la confusion, du découragement, du doute, etc. Alors… « Prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin » (Ephésiens 6 : 16).

Soyez bénis !

 

 

PROPHETE EMMANUEL SAWADOGO

CIMIDI

 

 

 

Related Videos

THEME ANNUEL & VISITEURS

LA CROISSANCE SPIRITUELLE : Éphésiens 4.13

バイナリー オプション ブログ

Journal JESIO disponible ICI

AGENDA 2014

31/12/2014: Spécial reveillon

 

DEMANDE DE PRIERE

Pour vos demandes de prières,

veillez nous : Ecrire ICI